/, Tunisiens célèbres/Zied Gharsa, le dernier des monstres sacrés du malouf

Zied Gharsa, le dernier des monstres sacrés du malouf


On dit que le fruit ne tombe jamais bien loin de l’arbre. Quand on a la chance et le privilège de grandir avec l’imminent Taher Gharsa comme père, idole et professeur; cela relève de l’évidence de vouloir honorer son héritage et perpétuer sa voie. Ainsi, le jeune Zied Gharsa choisi la musique comme destination, mais aussi comme voyage. Pour Zied Gharsa, la musique, en plus d’être une affaire de famille, est une affaire d’âme et d’identité. C’est la question fondamentale de cette responsabilité de défendre, tel un soldat qui se sacrifierait pour sa patrie, la richesse du malouf tunisien.

Né le 15 mars 1975, Zied Gharsa obtient son diplôme à seulement 14 ans. Humble et focalisé, il travaillera durant de longues années aux côtés de son géant de père, Tahar Gharsa, et avec une longue carrière riche de quelques 112 chansons, le grand cheikh du maalouf, est incontestablement un chapitre glorieux de la culture tunisienne. Zied Gharsa est une véritable école musicale à lui seul : Non seulement il se distingue par une voix majestueuse et une présence imposante, il maîtrise également plusieurs instruments dont le luth, le cello, la vièle mais aussi le piano.

Durant la soirée événement « عرس الطبوع » (ou mariage des modes), nous avons eu le plaisir d’avoir une entrevue avec le chanteur qui a accordé un moment de son temps précieux à l’équipe de Musicien.tn . Cette soirée était une réussite exceptionnelle, non seulement de par son importance, mais aussi parce qu’elle a réussit à rassembler, sur une même scène, deux grands noms du malouf maghrébin. En effet, la présence de Abbes Righi a enrichi cette manifestation culturelle et a permis au public tunisien de se délecter de l’héritage Constantinois. De même, Zied Gharsa a exprimé sa joie quant à la présentation de la nouvelle nouba Hsin Saba qu’il a lui-même composé et a témoigné du rôle important du maestro Mohamed Lassoued, dans la réussite de cet événement. Cette collaboration qu’il a qualifié de plaisante, ne sera certainement pas la dernière puisque, comme le dit le proverbe, on ne change pas une équipe qui gagne. C’est dans ce contexte que Zied Gharsa a manifesté son voeu de porter « عرس الطبوع » (ou mariage des modes) au-delà des frontières tunisiennes et qu’il était nécessaire, voire urgent, de présenter un spectacle d’une si grande richesse sur les scènes internationales.

Toutefois, Zied Gharsa n’a pas caché sa peur quant à la crise actuelle de la chanson tunisienne et à la situation de l’artiste tunisien. L’inquiétude de l’artiste se faisait ressentir face à la question inévitable : qui portera le flambeau à sa suite ? Existe-il un artiste du calibre de Zied Gharsa pour perpétuer les traditions du malouf tunisien?

By |2018-06-22T22:53:48+00:00février 12th, 2018|A la une, Tunisiens célèbres|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar