/, Carthage2018, Ete2018/Hamlyn de Ali Jaziri au festival international de Carthage

Hamlyn de Ali Jaziri au festival international de Carthage


 

Hier soir , dans le cadre du festival international de Carthage, les fidèles de cette scène mythique ont eu l’occasion de découvrir le spectacle Hamlyn de Ali Jaziri qui réunit la casquette d’acteur et de musicien. Déjà, on a le terme qui intrigue, déroute, voire, choque. On peut y relever une certaine volonté de l’artiste de se distinguer du mouvement commercial et d’imposer une touche personnelle. Hamlyn peut être traduit par « vagabonds » présentant l’art et en particulier la musique comme un éternel vagabondage à la recherche d’un soi.

Notons que Ali Jaziri est le digne fils de son géant de père qui est nul autre que le grand homme du cinéma tunisien Fadhel Jaziri. En dépit de la renommée dont jouit sa famille d’artistes et de son physique avantageux qui en aurait fait une star du peitt écran, il a refusé la voie facile en préférant tracer son propre chemin et s’affirmer en tant que musicien et acteur dans des films indépendants qu’il a qualifié de « claque dans l’âme ». Aussi, on peut relever l’empreinte du père dans le projet du fils dans la mesure où . Se décrivant comme un « mini Fadhel Jaziri », le jeune Ali n’a jamais manqué une occasion pour témoigner son admiration des oeuvres du réalisateur de génie et l’influence de celui-ci sur sa vision artistique. Toutefois, Fadhel Jaziri n’intervient pas dans les choix musicaux de son fils mais lui attribue de précieux conseils concernant notamment la mise en scène et la les lumières.

Ali Jaziri a voulu à travers Hamlyn, présenter des chants anciens du patrimoines tunisiens comme « Fares Baghdad » ou « Bjah Allah Ya Hob Esmani », avec un nouveau souffle de révolte pop/rock. Le spectacle a aussi inclus des textes originaux que l’on doit au parolier Ghassen Ammami. Le public, principalement composé de jeunes était en extase face à cette musique nouvelle et ébranlante.

 

By |2018-07-29T22:58:34+00:00juillet 23rd, 2018|A la une, Carthage2018, Ete2018|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar