/, Au Cinevog, Reportages/Electro Btaihi : un trio insolite !

Electro Btaihi : un trio insolite !


 

Le violon est généralement associé à la musique classique. Il est souvent difficile de placer cet instrument dans un imaginaire outre que celui d’une ambiance feutrée et très théorisée. Or, comptez sur Zied Zouari pour briser toutes les notions acquises et bouleverser les règles.  Vendredi dernier, il a présenté son spectacle « Electro Btaihi » sur la scène du Cinévog.

Tout de suite, nous sommes frappés par l’association insolites de ces deux termes. On s’attend à quelque chose de nouveau, d’inédit. Intriguée, je me rends dans la salle qui m’est à présent familière, pour voir la magie se créer. C’était un immense honneur de voir Zied Zouari, pour qui j’ai le plus grand respect, sur scène pour la première fois. A la fin du spectacle, j’avais enfin une réponse à une question que je m’étais posée plusieurs fois : qu’est-ce qui fait la particularité de ce musicien ?

Pour Electro Btaihi, Zied Zouari s’est associé à deux artistes qu’on aurait envie de qualifier d’intrigants. Avec ses lunettes noires, sa chachia et son allure mystérieuse, on avait l’impression que Ghassen Fendri était un personnage qui aurait échappé à un manga. Guitariste talentueux, sa rencontre avec Zied Zouari a bouleversé son parcours. En effet, Ghassen a prouvé que l’amour de la musique passe avant tout. Il n’a besoin ni de règles, ni de nomenclature. La musique est liberté, audace, risque et aventure ou elle n’est pas. Les morceaux joués par ce duo unique en son genre, étaient une invitation à un voyage au cœur des sens. La musique touchait l’âme si profondément que l’on en avait des frissons.

Aussi, fusionner les notes du violon aux prouesses d’un human beatbox est une expérience qu’on ne vit pas tous les jours. On avait l’impression que les deux artistes se lançaient le défi d’apporter une touche supérieure à l’événement. L’échange était d’une telle intensité que la corde de l’un des violons de Zied Zouari a sauté ! Or, même cet incident n’a pas empêché le violoniste de continuer son morceau avec le sourire et d’en rire avec son public plus tard.

Celui qui a joué sur les plus grandes scènes d’Europe et du monde a tout donné face à un public peu nombreux au Cinévog. Avec sa positivité légendaire, le violoniste a cependant tout donné et l’audience était ravie.  » J’ai l’impression d’être face à 10 mille personnes ce soir » affirma-t-il. Ce phénomène que l’on a envie de qualifier de révoltant, on ne cesse de le constater semaine après semaine. Est-ce le résultat d’une promotion insuffisante, ou bien est-ce le public qui est à blâmer ?

 

 

@Crédit photo : la page officielle du Cinévog

By |2018-06-22T22:37:42+00:00mai 14th, 2018|A la une, Au Cinevog, Reportages|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar