4ème ArtReportages

Yuma au 4ème Art : un succès qui se confirme !

L’histoire a commencé par un rêve. Une jeune fille qui a fait du bruit sur YouTube à travers des cover de chansons célèbres. Un jeune musicien auteur-compositeur à l’univers déjà bien affirmé qui cherchait sa muse. Un timing cosmique. Une rencontre explosive. Deux galaxies totalement différentes qui entrent en collision. Chupee Do et Ramy Z, sont les alias de Sabrine Jenhani et Ramy Zoghlemi. Ensemble, ils ont formé le duo Yuma où chacun des deux a apporté la richesse de sa différence. Sabrine avec sa tendre voix, semblable à la caresse d’un songe; Ramy et son rock, ses mélodies électro et son groove. Le duo a commencé par des mashups avant de finalement se décider à écrire ses propres chansons. Le premier album de Yuma voit le jour à peine quelques semaines après cette rencontre clé; et compte des compositions majoritairement en dialecte tunisien.

Après des dates très réussies en Europe, Yuma a assuré un beau concert au 4ème art. Ce duo musical né en décembre 2015 a fait un long chemin depuis ses premiers succès sur le net. Musicien.tn a été présent pour couvrir le spectacle du 5 avril dernier. L’espace du 4ème art a toujours permis aux figures de la nouvelle scène musicale en Tunisie de se produire et de communiquer avec le public. C’est une adresse culturelle incontournable et un exemple à suivre et à reproduire partout en Tunisie.

Quelques minutes avant le concert, les spectateurs se précipitaient, impatients de découvrir, ou de redécouvrir Yuma sur scène. Le répertoire de Yuma est pour certains synonymes d’un grand amour encore à vivre, d’un espoir à saisir, ou encore le témoignage d’une jeunesse qui ne baisse pas les bras. L’ambiance était très spéciale et reflétait l’amour de l’audience pour ce duo musical intriguant. Les lumières discrètes accompagnaient la voix mélodieuse de Chupee Do et on voyait ça et là , les écrans de smartphone clignoter pour créer une vague de petites lumières semblables à un océan de lucioles.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer