/, Octobre Musical de Carthage, Reportages/Le trio 3:0 à l’Octobre musical de Carthage !

Le trio 3:0 à l’Octobre musical de Carthage !


Chaque année, l’Octobre musical de Carthage fait le bonheur des passionnés de musique classique. C’est un événement qui vise à rendre ce genre artistique, perçu comme mystérieux et élitiste, plus accessible au public. Chaque soirée est synonyme d’évasion, d’émotion et d’éblouissement. C’est surtout une très belle occasion de faire de découvertes intéressantes en écoutant des musiciens du monde. Après l’Espagne, la Russie ou encore l’Iran, hier soir, les spectateurs avaient rendez-vous avec le pays de la naissance du genre classique : l’Autriche.

Le trio autrichien composé de la violoniste Eva Steinschaden, du pianiste Alexander Vavtar et de Detlef Mielke au cello a donné une représentation éblouissante à l’Acropolium de Carthage. On notera la présence en grand nombre du public qui insiste à être au-rendez vous pour contribuer à la réussite de cette manifestation culturelle.

L’Acropolium de Carthage, a porté les couleurs de l’Autriche le temps d’une soirée qui demeurera longtemps dans la mémoire de ceux qui étaient présents. Aussi, ce n’est pas la première fois que nos invités de Salzbourg jouent ensemble. Ils forment un trio inédit depuis 2016 bien qu’ils s’étaient connus une décennie auparavant.  Cette collaboration musicale est née tout à fait par hasard ! Remerciant le génie de Vienne pour cela. En 2006, ils s’étaient réunis pour jouer durant la commémoration de l’anniversaire de Mozart. C’est ainsi que Eva Steinschaden, Alexander Vavtar et Detlef Mielke se rendent comptent du potentiel énorme de cet ensemble musical.

Le piano, la violoncelle et le violon fusionnent pour atteindre un degré mystérieux d’émotions. Reprenant de grandes pièces du répertoire classique avec du Mozart et du Schubert, le trio 3:0 a également proposé des pièces modernes. En intégrant des pièces contemporaines de compositeurs autrichiens tels que Resch, Holler ou Haas, c’était un souffle de nouveauté qui prouve que le genre classique ne doit pas forcément être prisonnier du passé et se limiter aux oeuvres sacrées qui en forgent le mythe.

By |2018-10-20T12:46:14+00:00octobre 20th, 2018|A la une, Octobre Musical de Carthage, Reportages|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar