Special

Jazz à la Médina: Un événement qui tient toutes ses promesses

Le jazz a vu le jour aux Etats-Unis à la fin du XIXème siècle. Cette musique née dans la communauté afro-américaine a toujours fasciné par sa puissance et la grandeur des voix qui y ont brillé. Le jazz était incontestablement un manifeste de révolte; l’expression d’un peuple opprimé pendant tant de siècles qui a écrit avec le jazz un glorieux chapitre de son combat pour l’égalité. Musique envoûtante et à la marge de tout ce qui se faisait à l’époque, le jazz a notamment donné naissance à plusieurs sous-genres comme le jazz punk, l’afrobeat ou encore le soul jazz. Parmi les noms mythiques de cet univers musical on cite Miles Davis, Jon Hendricks, Duke Ellington, sans oublier la divine Ella Fitzgerald et l’inégalable Nina Simone.

Aussi, l’écho mondial du jazz dépasse la frontière des Etats-Unis et se fait entendre dans les quatre coins du globe aux débuts du XXème siècle et on en retrouve des variantes en Europe, comme le jazz manouche en France au début des années 30. Or, La Tunisie, carrefour des civilisations, perle de l’Afrique, a toujours été un phare culturel. C’est ainsi que vers la seconde moitié du siècle passé, on remarque les résonances du jazz dans la musique de l’époque, et lorsqu’on parle du jazz en Tunisie, le nom de Fawzi Chikili en est indissociable.

L’événement “Médina Jazz” qui a eu lieu du 13 au 17 février dernier au le Centre culturel Taher Hadded était un hommage à cette musique mais aussi une occasion de rappeler les noms qui s’y sont illustrés en Tunisie. C’est certes un concept novateur et innovant que d’associer la musique jazz avec ce qu’elle suggère de modernité , d’errance et de sensations à l’imaginaire de la Médina, éternel labyrinthe qui résiste au passage du temps.

L’équipe de Musicien.tn a été présente lors de la première journée du festival Médina Jazz et a eu le plaisir d’assister au spectacle “Fawzi Chikili Trio”.  Le nom de Fawzi Chkili, musicien-compositeur qui a collaboré avec des grands noms tunisiens et internationaux, se passe d’introduction. Ce grand mélomane est tombé amoureux du jazz lorsqu’il a résidé en Angleterre dans les années 70 et a intégré ses sonorités à ses morceaux où se mêlent les rythmes de la guitare, du saxophone et du piano à un parfum d’orientalisme.

Sa fille, Salma Chkili, a également été présente lors de la journée d’inauguration du festival Médina Jazz. Elle a accompagné son célèbre père en tant que chanteuse et a interprété deux titres. Ce n’était certes pas la première fois qu’elle chantait aux côtés du légendaire guitariste jazz puisque, depuis sa tendre enfance, elle a accompagné Fawzi Chkili à maintes reprises. Concernant ses projets futurs , Salma Chkili a parlé d’un album solo mais aussi d’un album qui la réunirait avec Fawzi Chikili. Chez Musicien.tn, on attend impatiemment le fruit de la collaboration entre ce duo fusionnel à la vie comme sur scène!

Parmi les musiciens invités à partager la scène avec Fawzi Chkili lors de ce premier jour du festival Médina Jazz, on a retrouvé le jeune Chiheb Baazaoui. Ce saxophoniste de talent n’a pas caché son admiration pour la légende qu’est Fawzi Chkili et a affirmé que c’était un honneur de se produire aux côtés du grand maître. Nous espérons que des événements du genre soient plus populaires en Tunisie puisqu’ils donnent l’occasion à une jeune audience de se familiariser avec des grands noms de la scène musicale tunisienne d’antan.

 

La première journée de la première édition du #Festival_Médina_Jazz a été l'occasion de rendre hommage à Mongi Majeri l'...

Posted by Musicien.tn on Wednesday, 14 February 2018

Saber

Multi-instrumentiste et créateur du site musicien.tn

Related Articles

Leave a Reply

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Back to top button