/, Carthage2018, Reportages/Yasmine Ali et Abu au festival international de Carthage : miser sur la jeunesse

Yasmine Ali et Abu au festival international de Carthage : miser sur la jeunesse


Le public du festival international de Carthage a découvert en ce 17 juillet 2018 les deux stars de l’année en Egypte: Yasmine Ali et Abu. Tous deux ont connu un succès fou grâce aux réseaux sociaux et ont généré un buzz énorme. Soulignons que la présence du public a été en dessous des attentes. En effet, à l’annonce du programme de cette 54ème édition du festival, probablement parce que cette soirée en particulier a provoqué des réactions mitigées étant donné le peu de production propre des deux chanteurs, lors de la conférence de presse de Yasmine Ali, certains journalistes n’ont pas hésité à lui demander, avec ironie et sur un ton de défi, si elle ne comptait que reprendre indéfiniment la chanson qui l’a fait découvrir ou encore si Carthage ne serait pas un risque immense qui signera la fin de sa jeune carrière.

Avec le cover de la chanson « Ne2abel Nas Nifare2 Nas » , Yasmine Ali est devenue la favorite des télés égyptiennes. Elle a même été invitée sur le plateau de Mona Chazli, une grande journaliste de la chaîne CBC, à deux reprises. Or, même si on n’a découvert le talent de Yassmine Ali que très récemment, cette artiste est active depuis 2002. La scène ne lui est pas étrangère puisqu’elle est la digne fille de la maison de l’opéra du Caire qui a été une étape clé dans le parcours d’étoiles comme Amel Maher, Riham AbdelHakim ou encore May Farouk, c’est aussi la maison qui hébèrge les plus grands orchestres égyptiens. il est donc paradoxal (et peut être un effet pervers) qu’avec un tel pedigree la talentueuse Yasmine Ali soit confondue avec des stars du « titre unique »

La jeune chanteuse a choisi d’entamer son apparition tunisienne avec un hommage à Ismahan en interprétant Layali el ons fi Vienna. le trac était apparent sa voix parfois tremblotante avait du mal à le cacher, l’ampleur du défi mais aussi l’animosité du premier contact lors de la conférence de presse y sont probablement pour beaucoup. Heureusement que par la suite les choses sont mieux rentrés dans l’ordre et l’assurance a pris le dessus, et la voix de Yasmine Ali a alors pu enchanter le public présent en interprétant Dalida, Warda, Mejda Roumi; Om Kalthoum,… mais aussi ya msafer oua7dak de Mohamed AbdelWahab ou le désormais standard Moghram de Marouane Khouri ou Khallik Fakerni de Amr Diab qu’elle a interprété en Voix/Piano accompagnée par le maestro Khaled Ben Aissa. Pour signer un témoignage d’amour et de reconnaissance pour son public tunisien, elle a veillé à présenter un hommage à ce public qui l’a adopté en reprenant notamment « Lamouni Eli Gharou menni » mais aussi des « Barcha barcha » de Saber Rebai ainsi que, A Capella s’il vous plait, « Oue7yati 3andak » de Dhekra, un hommage très symbolique puisque ces deux stars tunisiennes ont été accueillies en Egypte alors qu’elles étaient inconnues là bas. En plus des reprises elle a interprété deux titres à elle, Itfa2lou belkhir, que nous avions présenté en primeur mais aussi Ya Hobb Zaman l’autre titre de son jeune repertoire, fait remarquable elle n’a pas chanté le titre qui l’a fait connaitre : ne2abel ness, une volonté peut être de se démarquer de cette image de « starlette youtubienne » qui lui colle tant

Ce concert prouve qu’elle est faite de l’étoffe des grands artistes et qu’un avenir radieux l’attend.  Le trac imposé par la grandeur de Carthage a été au rendez-vous a quelques reprises (au début mais aussi lors de la présentation de sa propre chanson) mais l’expérience saura s’en charger

Nous regrettons le fait qu’elle a choisi de ne pas donner de point de presse lors de la fin du concert et qu’elle a préféré accorder une exclusivité au partenaire du festival. Yasmine Ali est revenue après la fin de sa partie pour accompagner Abou pour interpréter son tube 3 Da22at.

Cet artiste a commencé à se faire connaitre sur les plateaux télés en Egypte, il y a quelques années en se distinguant avec un nouveau genre de musique underground et des textes personnels. L’interprète de « 3 Dakkat », chanson qui a généré plus de 300 millions de vues sur youtube, a fait découvrir à l’audience les autres titres de son répertoire comme  » Oxygène », « Ahwak » il a aussi fait une reprise de la version de Saber Rebai de « Allah allah ya baba ». Le principal moment fort de sa soirée restera le duo entre les deux jeunes artistes. Toutefois, il est regrettable de noter le décalage entre les deux parties de la soirée : les spectateurs avaient progressivement commencé à quitter les lieux durant le segment de Abu.

By |2018-07-26T14:22:23+00:00juillet 18th, 2018|A la une, Carthage2018, Reportages|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar