Hassan Doss a-t-il réussi le défi de Carthage ?

/, Carthage2018, Ete2018/Hassan Doss a-t-il réussi le défi de Carthage ?

Hassan Doss a-t-il réussi le défi de Carthage ?

La soirée du 10 août 2018 a été une date marquante dans la carrière de l’artiste Hassen Doss. Se produire sur la scène du théâtre romain de Carthage est un défi qui n’est pas des moindres. Ce lieu riche de 3000 mille ans d’une histoire qui continue à s’écrire est un honneur pour tous les artistes du monde. Il faut compter sur la témérité de Hassen Doss qui ne recule devant aucun défi et dont les rêves ont la renommée internationale pour limite; pour dépasser à chaque fois les attentes de ses fans en offrant un spectacle de haut niveau.

Hassen Doss ne peut être classé dans une catégorie précise ou comparé à un autre artiste de sa génération. Comme il le dit si bien lui-même, « Hassen Doss ne peut être en compétition qu’avec Hassen Doss ». Affichant toujours une confiance en soi qui frôle parfois les limites de la folie des grandeurs, Hassen Doss a promis, lors de la conférence de presse autour de son show intitulé Carnaval, que ce sera bien le meilleur spectacle de cette édition du festival de Carthage.

Hassen Doss a donné à son public une représentation éblouissante où chaque détail a été bien exploité pour créer un big show à l’américaine. L’artiste a dansé et chanté sur scène aux côtés de sa troupe de danseurs aux rythmes de ses titres déjà connus du public. 14 chansons ainsi que deux reprises ont meublé le grand show de Hassen Doss. Chaque tableau avait ses costumes désignés, la chorégraphie qui lui correspond et surtout, une projection sur grands écrans pour en faire une expérience sensorielle complète.

De même, il a ouvert son spectacle avec le très provocateur « tabba3ni », qui peut être véritablement décrit comme une hymne à la tentation à laquelle il faut céder pour mieux la fuir. Par la suite il a enchainé avec le titre du générique du feuilleton turc adapté en dialecte tunisien « 9attousét el rméd » qui a trouvé beaucoup de succès auprès du public. On a également eu droit à une parenthèse « enfantine » avec la présence de deux adorables petites filles : Lina et Alia qui ont partagé un moment d’émotions avec leur artiste favori.

Pour réussir son projet très ambitieux, Hassen Doss s’est entouré d’une bande d’esprits créatifs qui partagent sa vision avant-gardiste. Ainsi, on retrouve : Zoghlami Manef (Batterie), Sofiane Saadaoui (Basse), Med Amine Khaldi (Machines), Jihed Hammemi (Percussion), Sami Ellouze Neo Clavier (Clavier), Nader Kassis (Nay), Sélim Achour & Moncef Ben Slimane (Son) sans oublier le Grand manitou musical et excellent Guitariste Ghassen el Fendri .  N’oublions pas également de citer notre Karl Lagarfeld national, Salah Barka qui a signé les costumes de la soirée.

On peut aimer Hassen Doss ou avoir des réserves par rapport à son message artistique qui, est parfois mal compris voire attaqué, il n’en reste pas moins une véritable bête de scène qui se livre corps et âme à la réalisation de ses rêves.

By | 2018-08-11T15:26:08+00:00 août 11th, 2018|A la une, Carthage2018, Ete2018|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar