/, Carthage2018, Ete2018, Reportages/24 parfums de passion, de talent et d’euphorie

24 parfums de passion, de talent et d’euphorie


La 54ème édition du festival international de Carthage s’achève avec un big bang: les 24 parfums. Ce fut un spectacle véritablement époustouflant et qui a largement dépassé les attentes. C’est surtout avec beaucoup d’émotion et de fierté que l’on voit un projet qui s’est construit avec de jeunes musiciens tunisiens attirer autant de spectateurs. En effet, Mohamed Ali Kammoun et ses artistes ont joué les 24 parfums face à un Carthage riche de milliers de visages joyeux, venus soutenir une production tunisienne.

Les 24 parfums de Mohamed Ali Kammoun est un hommage vibrant à une Tunisie aux multiples facettes musicales. C’est un spectacle qui se présente comme la destination finale d’un long pèlerinage musical dans les 24 gouvernorats de la Tunisie. Il aura fallu 4 années à Mohamed Ali Kammoun pour construire ce rêve ultime. 4 années de sacrifices, de concessions, de déceptions de volonté et de bravoure. C’est aussi 4 années où cet amoureux de la musique s’est consumé corps et âme pour l’aboutissement de son chantier de recherche.

Pour donner vie à ses 24 parfums, Mohamed Ali Kammoun a fait appel à des artistes de toutes les régions de Tunisie. On citera Sofiane Zaidi qui s’est illustré dans la nuba Malouf, le cheikh Mohamed Salah Issaoui et Aymen Benhsen qui ont brillé lors du second tableau intitulé « parfums Shawi »; mais aussi Cheb Fawzi,  Montasar Laamir et Mongi Messaoura qui ont dignement représenté l’âme bédouine de la Tunisie. Mohamed Ali Kammoun n’a pas oublié l’importance de la musique des îles, notamment Djerba et Kerkenah, avec le fameux tbal dont on retrouve les échos dans les deux cultures. De même, l’essence féminine du patrimoine musical tunisien a été dignement célébrée par le trio féminin du 5ème tableau « Hadhra Féminine » avec pour invitées Meriam Kenani et Narimen Bouchalghouma qui est montée sur scène avec l’habit traditionnel de la région de Jammel.

Les 24 parfums doit également beaucoup à l’orchestre et au coeur de l’opéra de Tunis dirigé par Mohamed Bouslema. C’était un défi réussi avec des voix qui sont essentiellement de formation lyrique et classique et qui pourtant, ont magnifiquement bien interprété le bédoui, le sufi, le mezoued et la Hadhra, notamment la soprano Lilia Ben Chikha qui ému avec son interprétation de « Qadem Qadem ». On a découvert de jeunes voix somptueuses et des artistes confirmés qui, chacun à son tour, ont su transmettre avec beaucoup de fluidité l’émotion propre à chaque morceau.

Les 24 parfums c’est aussi de grands moments d’improvisation comme ce fut le cas avec le virtuose Zied Zouari qui s’est déchainé sur scène au plus grand plaisir du public. Voir Daly Triki, le célèbre joueur de Kanun qui fait fureur à travers ses vidéos postées sur les réseaux sociaux, dans un choc des titans avec Zied Zouari est un plaisir pour les sens. A quand un projet musical unissant nos deux magnifiques stars ? Je ne sais pas pour vous, mais nous, on y adhère à cette idée !

Pour réussir un projet d’une telle ampleur, il fallait un homme dont la vision ait la galaxie pour limite. De ce fait, la plus grande récompense pour cet artiste exceptionnel est bien le succès fracassant des 24 parfums. Toute notre équipe félicite Mohamed Ali Kammoun et les 60 musiciens qui ont offert au public une soirée mémorable pour leurs efforts et leur dévouement. Au plaisir de voir ce spectacle être donné sur les plus grandes scènes du monde pour présenter une merveilleuse image de cette Tunisie qui brille majestueusement entre authenticité et modernité, on vous remercie pour votre soutien et vos encouragements.

Publiée par Musicien.tn sur Samedi 18 août 2018
By |2018-08-18T10:07:03+00:00août 18th, 2018|A la une, Carthage2018, Ete2018, Reportages|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar