Carthage 2019Eté 2019Reportages

Quand Lotfi Bouchnak nous rappelle de quelle étoffe les grands sont faits

Le samedi 24 août 2019 est une date qui marquera l’histoire du Festival International de Carthage pour plusieurs raisons. 

En effet, au moment de s’installer dans les gradins, une très belle surprise nous attendait : on pouvait remarquer des livres qui étaient disposés dans tout l’amphithéâtre. Dans une initiative à saluer, on avait mis 5000 oeuvres à la disposition du public, afin de rappeler l’importance de la lecture et d’encourager les festivaliers à découvrir ces ouvrages intéressants, issus d’éditions tunisiennes. 

Aussi, un concert du grand Lotfi Bouchnak est toujours un événement qu’il faut célébrer à juste mesure. Une scène du calibre de celle du Théâtre Romain de Carthage est faite pour lui. Un public averti, cultivé et passionné l’attendait. 

Notons que plusieurs personnalités politiques et culturelles étaient présentes pour vivre ce moment artistique exceptionnel puisque voir Lotfi Bouchnak sur scène est toujours une expérience sensorielle inédite.  

Accompagné par un orchestre sous la direction de Abdelhakim Belgaied, Lotfi Bouchnak a offert à ses admirateurs une soirée où la beauté du mot et la pureté de la voix étaient les ingrédients secrets d’une recette magique dont seul lui a le secret. 

Un morceau instrumental a préparé la montée sur scène de notre fierté nationale. Par la suite, on commençait un voyage avec la voyage mélodieuse de ce titan et son fidèle luth, à travers les grands classiques notamment le mouwachah comme « Sakana Al Hobbou ». 

De même, on ne pouvait pas manquer cette occasion d’écouter « Hadhi Ghenaya Lihom », « Inti Chamsi », “Nasseya”, mais également “Ana mouwaten”, “El Karasi”, “Ritek Manaaref Ouin”… Le public était la meilleur chorale du monde, comme l’a si bien dit celui qu’on appelle affectueusement baba Lotfi. Pour clore le spectacle, il a repris le titre qui a fait la célébrité du feuilleton ramadanesque Nouba, « Kif Chbaht Khiyalek ». 

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer