A la uneCarthage 2019Eté 2019InternationalSpecial

FIC : La Palestine à l’honneur !

Hier soir, l’amphithéâtre romain de Carthage a porté les couleurs de la Palestine. C’était une soirée où le public tunisien a célébré ses ambassadeurs en grandes pompes. Deux spectacles d’une heure chacun où on a entamé une valse musicale entre tradition et modernité. 

On a découvert la fabuleuse Rim Talhami, une voix qui porte en elle la grandeur de la Palestine; et la jeune troupe Al Ens Wal Jam, créé en 2017, qui a rencontré un succès fulgurant avec notamment le titre « Taralally ». 

Rim Talhami, qui a déjà vécu l’expérience unique du Festival de Carthage en 1992 avec le maestro Mohamed Garfi; y est retournée avec une grande émotion. Quant aux musiciens de Al Ens Wal Jam, il s’agissait surtout pour eux de relever un défi majeur à ce stade de leur parcours.  C’est un challenge auquel ils n’ont pas hésité à faire face avec beaucoup assurance !

Rim Talhami, qui l’on voit très peu dans les médias, embrasse l’art sous toutes ses manifestations. C’est la bataille principale qu’elle s’engage à entamer depuis le début de sa carrière. Le chant n’est pas uniquement une expression d’un engagement socio-politique: Chanter la palestinienne, refuser d’oublier, clamer haut et fort la liberté; mais aussi chanter l’amour et les troubles du coeur. Chanter les premiers émois, le charme des premières fois, et l’imposante réalité du souvenir….

Aussi, la performance de Al Ens Wal Jam traduit bien la signification de leur nom de scène. Fusion, synergie et surtout l’humain; sont mis en avant dans leur répertoire. Chacun d’entre eux a apporté la somme de ses influences et sa passion pour enrichir l’homogénéité du groupe. Ce fut une ambiance conviviale où ils ont repris quelques titres de Abdelhalim Hafedh en plus de hits originaux. C’est incontestablement le nouveau visage de la scène artistique palestinienne : une chanson qui raconte la jeunesse, ses rêves, son quotidien.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer