A la uneCarthage 2019Eté 2019Special

Electro Btaihi sur la scène du Festival de Carthage

Entreprendre tous les chemins qui nous mènent à la musique...

Si vous suivez Musicien.tn depuis longtemps, vous saurez que l’on vous a déjà parlé du projet Electro Btaihi le printemps dernier. En effet, Zied Zouari, le magicien du violon, avait présenté ce spectacle au Cinevog aux côtés de Twinloo et Ghassen Fendri en 2018.

Or, hier soir, on a eu le plaisir de découvrir une version enrichie d’Electro Btaihi. Aux trois membres originels du projet, sont venus s’ajouter des musiciens de talents, dont des étudiants de Zied Zouari à l’Institut Supérieur de Musique de Tunis. Aux côtés d’invités des régions, et du batteur franco-arménien Julien Tekeyan, son ami de longue date avec qui il a déjà collaboré lors de ses concerts européens; ce virtuose du violon a réussi le pari de Carthage. On a découvert – ou redécouvert- “Hendi Thala”, “Bouzayen” et “Stambeli”; des morceaux qui explorent toutes les couleurs de la Tunisie et mettent en avant sa pluralité.

Aussi, deux petits musiciens ont partagé la scène avec Zied Zouari pour jouer “Za3ma Thawra”. Il s’agit de la jeune génération de la famille Zouari : Amine et Tarek. Il faut croire que dans cette famille où la musique est une vocation et une nécessité, la passion se transmet de père en fils. On félicite nos deux prodiges pour avoir fait face à cette expérience avec beaucoup d’application et de sérieux !

Avec Electro Btaihi, Zied Zouari a prouvé que la musique est avant toute chose, une recherche permanente. Que le violon peut créer un son nouveau, rehaussé par le tempo du beatbox et de la guitare électrique. Electro Btaihi a forgé un chemin hors des sentiers battus : celui de l’expérimentation qui brise toutes les classifications normatives du genre puisque la musique née d’une mouvance constante.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer