/, A la une, Events, OST, Reportages/Concert d’ouverture de la saison du 50ème anniversaire de l’Orchestre Symphonique Tunisien

Concert d’ouverture de la saison du 50ème anniversaire de l’Orchestre Symphonique Tunisien


La soirée du 23 novembre a été une occasion de célébrer la musique mais surtout de rappeler un pilier fondateur du paysage musical tunisien. Pour inaugurer dignement la saison du 50ème anniversaire de sa création, l’Orchestre Symphonique Tunisien a donné un splendide concert au sein de la Cité de la Culture.

Les débuts…

C’est en 1969 que l’Orchestre Symphonique Tunisien voit le jour sous la direction du grand Salah El Mahdi. Les débuts sont souvent difficiles, et il a fallut collaborer avec des musiciens et professeurs étrangers, notamment bulgares, italiens et français pour profiter de leurs expériences respectives dans l’enseignement de la musique classique qui était un nouveau phénomène à l’époque. Ce n’est qu’en 1979 que l’OST a un chef d’orchestre tunisien en la personne du maestro Ahmed Achour.

Plus de 4 décennies après les premiers pas de cette institution, elle s’impose incontestablement comme l’un des principaux corps de la culture musicale en Tunisie. On y a vu briller des noms synonymes de légendes pour la jeune génération de musiciens d’aujourd’hui comme Hichem Laamari, Monther Tammar, Rachid Koubaa ou encore les membres de la famille Makni : Hichem, Bassem, Mohamed et Hafedh qui a été à la tête de l’OST de 2012 à  2018.

La renaissance et les nouveaux défis …

L’année 2018 a été celle d’une transition non sans controverses pour l’OST. C’est ainsi que le concert du 23 novembre 2018 en hommage à la création de l’OST (qui est en fait l’ouverture de la saison puisque le veritable anniversaire sera fêté en 2019) et déclarant par la même occasion l’ouverture de la saison musicale 2018- 2019; a été vivement attendu aussi bien par les musiciens que par le public, présent en grand nombre; puisqu’il s’agissait d’un événement marquant la métamorphose de l’OST et sa structure.

Le succès de cette soirée inoubliable est le fruit d’un travail commun entre le pôle musique et opéra de la cité de la culture avec à sa tête Saima Samoud, de l’équipe du théâtre de l’opéra et à leur tête mr Youssef Lachkham, ainsi que des membres du comité artistique de l’OST avec à leur tête Mohamed Bouslama, et où l’on retrouve Youssef Massoudi, Chadha Hichri, Farouk Shabou Mihaela Mami… Le rendu de la soirée n’aurait certainement pas eu autant d’ampleur sans la présence du nouveau né, Choeur de l’orchestre symphonique conduit par la divine Soprano Amira Dakhlia qui est quelques mois seulement a réussi à mettre en place une formation qui a relevé le défi et a régalé le public dans les différentes oeuvres qu’ils ont interprété.

Parmi les nouvelles initiatives signalons également les efforts et le dévouement de Fadi Ben Othman, responsable de l’Académie de l’Orchestre Symphonique, l’autre nouveau né qui prépare les nouvelles générations de musiciens, et qui a profité de l’arrivée de musiciens étrangers qui ont renforcé les sections peu abordés par les musiciens tunisiens (notamment les vents) pour organiser des sessions de formation pour les jeunes tunisiens.

Une ouverture de Saison Anniversaire majestueusement célébré …

Pour un événement d’une telle ampleur, l’OST a fait appel à un musicien qui honore le nom de son pays d’origine par sa carrière monumentale. En effet, le musicien de renommée mondiale, Fayçal Karoui a été le maestro de cette célébration riche en émotions. Pour Fayçal Karoui, la direction d’orchestre n’est pas une tâche nouvelle. Il a déjà été à la tête du prestigieux New York City Ballet en tant que directeur musical, de l’Orchestre de Paris, de l’Orchestre Philharmonique de Radio-France ou encore de l’Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo…. sans oublier le philarmonique de Vienne, pour ne citer que quelques unes de ses références impressionnantes.

Le programme de la soirée a été soigneusement sélectionné pour correspondre au prestige et à la symbolique de l’événement. Ainsi, on a écouté l’Ouverture du Barbier de Séville, suivie de la 5ème Symphonie de Bethoven  et un extrait de sa 9ème Symphonie intitulé « Ode à la Joie ». Par la suite, ce fut autour du fameux Coro di Zingarelle e coro di Mattadori de Verdi et l’imposant O Fortuna, extrait de Carmina Burana.

La soirée a attiré un nombre impressionnant de mélomanes. On ne peut qu’y voir une belle preuve de la transformation du paysage musical en Tunisie ces dernières années. Les spectateurs tiennent à ne pas manquer ce genre de manifestations culturelles et réclament plus de rendez-vous de ce niveau-là. C’est à travers les réactions encourageantes et admiratives du public que l’on mesure son investissement dans le progrès de la musique et de l’art en Tunisie.

Or, tout cela n’aurait pas été possible à réaliser s’il n’y avait pas un cadre propice à la création. La Cité de la Culture, depuis son inauguration au printemps dernier, a offert un environnement idéal pour tous les artistes qui ont soif de création et de don.

Remercions le Ministère des Affaires Culturelles et le Pôle musique et opéra pour leur rôle pivot dans le progrès des arts en Tunisie et son patronat des initiatives importantes pour l’image de la Tunisie.

Remercions également chaque membre du choeur et de l’orchestre, et toute personne qui a contribué -de près ou de loin- à la réussite fracassante de cette célébration.

By |2018-12-10T14:15:12+00:00novembre 25th, 2018|A la cité de la culture, A la une, Events, OST, Reportages|2 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar