A la uneInterviewKioufl'artiste du moisPortraits

Zied Mehdi : Quand l’amour du malouf transcende toutes les passions

Notre artiste du mois est le joueur de oud Tunisien : Zied Mehdi.

Peut-on allier deux univers qui semblent pourtant si différents ? Est-il possible de s’illustrer dans deux filières diamétralement opposées et de créer un équilibre savant entre deux mondes ?

Ce défi, Zied Mehdi l’a réussi avec brio. Son secret ? La passion.

En effet, le nom de Zied Mehdi émerge comme étant l’un des musiciens les plus prometteurs de la nouvelle génération.

Dès que ce brillant jeune musicien a découvert la musique, et plus particulièrement la musique tunisienne, il a su qu’il était irréversiblement conquis. Le voyage de Zied Mehdi dans le monde des notes a commencé à 12 ans. Rejoignant le conservatoire, il se familiarise progressivement avec les théories musicales et s’initie également au chant.

La Rachidia, temple sacré qui représente l’un des fondements de l’Histoire musicale tunisienne, est un passage incontournable pour tout amoureux du malouf. Il était donc tout naturel que l’aventure de Zied Mehdi le mène vers ce lieu mémoriel. Ainsi, il obtint son diplôme en 2009. La même année, ce jeune prodige réussit à décrocher son diplôme national de musique arabe.

Maitrisant déjà le luth oriental, Zied Mehdi vit une véritable révélation face au oud tunisien. C’est là que sa formation prend un tournant tout à fait inattendu. Quel est cet instrument très différent, aussi bien au niveau de sa composition qu’au niveau de son rendu sonore ? Comment percer ses secrets et surtout, comment dompter ses mystères ?

Un tout autre périple commence…

Son instrument, une œuvre unique fabriquée par le grand artisan Mohamed Hedi Bellasfar au sein de son atelier de la Ennejma Ezzahra; est son fidèle compagnon. Bien plus qu’une passion, le oud tunisien est désormais une seconde identité, une Galatée idolâtrée par ce talentueux musicien.

Du haut de ses 28 années, ce passionné du malouf et de la musique tunisienne a déjà un parcours riche de belles collaborations. En découvrant ses compositions, nous sommes immédiatement sensibles à la fibre authentique qui en émerge. Ecouter “Nesma” et “Jasmine” nous transporte dans les ruelles de Sidi Bou Said un soir d’été; tandis que “Sunday Thoughts” porte dans ses notes un parfum d’une époque perdue qui semble, le temps d’une mélodie, accessible à nos mémoires.

Zied Mehdi a participé à plusieurs concerts en Tunisie, au Maghreb et en Europe. Il a récemment rejoint la grande famille de l’orchestre maghrébin des musiques andalouses où l’on retrouve également la chanteuse-compositrice Syrine Ben Moussa. Nous citerons aussi la formation Amber, qui est un bel exemple de l’universalité de la musique. Amber est une rencontre entre plusieurs jeunes musiciens qui présentent un répertoire arabo-andalous. Ce métissage musical est aussi un brassage culturel qui fait rayonner notre patrimoine précieux.

De même, lorsqu’on parle du malouf, aussi bien en Tunisie que dans les pays du Maghreb, le nom de Zied Gharsa s’impose comme une référence absolue. Ce guerrier des arts qui s’est toujours battu pour faire connaître la musique tunisienne et préserver son authenticité, avait eu de précieux conseils pour Zied Mehdi.

Partager la scène avec Zied Gharsa durant le concert donné en janvier 2019 dans le cadre de l’initiative Beit El Malouf, est une expérience dont Zied Mehdi se souvient avec une grande émotion, mais surtout beaucoup de fierté.

Pour ce jeune joueur de oud tunisien, la rencontre avec cette icône relèvera toujours de la magie. En effet, au-delà d’un signe de bienveillance, il y voit un témoignage de confiance qui lui lègue surtout une grande responsabilité puisque le souci est plus que jamais d’actualité : comment protéger notre héritage et le sauver de l’oubli ?  

Parallèlement aux cours qu’il donne à la Cité des Arts à Paris, Zied Mehdi travaille actuellement sur l’élaboration d’une méthode d’enseignement du oud tunisien qui sera un précieux don à la postérité.

Related Articles

Back to top button