HommagePortraits

Cheikh El Afrit

Jeunesse difficile
Son père, Salama Rozio, abandonne sa famille, alors qu’Isseréne est jeune, pour rejoindre son Maroc natal. Pour aider sa mère à nourrir la famille, il vend ses pâtisseries au miel à travers les ruelles du quartier juif de Tunis où il vit. Le maigre pécule qu’il ramène ne suffit guère. Aussi loue-t-il ses bras, comme d’autres enfants, pour moudre du café au pilon de bois dans une petite fabrique de torréfaction. Pour se donner du cœur à l’ouvrage, il fredonne les mélodies libyennes que lui chante sa mère en s’accompagnant des sonorités creuses des pilons. Sa voix force l’admiration de ses jeunes compagnons qui le surnomment affectueusement El Afrit (« Le démon » non dans un sens démoniaque mais dans une signification de virtuosité dans son domaine).

Carrière
À ses 20 ans, il décide d’entreprendre une carrière artistique et sa voix fascine tout de suite son auditoire. Il reçoit le qualificatif de cheikh signifiant dans le jargon musical « celui qui est détenteur du savoir » et qui est décerné à tout chanteur émérite.

S’il apprécie le ton incantatoire et lancinant du malouf, il ne lui déplaît pas de reprendre certaines chansons légères à la mode faisant les délices de son public lors des nombreuses noces et galas qu’il anime. Il chante la vie et les passions contrariées, forgeant des images évocatrices et pleines de mélancolie.

D’emblée, Tunis adopte ce chanteur à la myopie prononcée et vêtu d’un costume sombre et d’un tarbouche rivé sur la tête. Il chante généralement assis, comme le veut la tradition, portant sa main en pavillon à son oreille droite. Cheikh El Afrit ne se produit qu’avec sa propre troupe composée d’Albert Abitbol au violon, de Messaoud Habib à l’orgue, de Maurice Benais au luth, d’El Malih à la darbouka et d’Abramino à la cithare. Sollicité à travers tout le pays, le chanteur voyage aussi a l’étranger, notamment en Algérie, où il effectue de fréquents séjours. Au Caire, le compositeur Zaki Mourad, père de la grande cantatrice Leïla Mourad, lui voue une réelle admiration. Les promesses alléchantes des sociétés de disques et sa voix propagent la popularité du cheikh. C’est sans doute le compositeur-chanteur Acher Mezrahi qui lui concocte son plus éloquent succès : Tisher we titgharrab (Voyage et tu connaîtras le goût de l’exil). Le départ, les passions contrariées et l’errance demeurent ses thèmes favoris.

Autre reconnaissance, Cheikh El Afrit se produit tous les mardis au palais du Bardo à la demande d’Ahmed II Bey qui le fait chercher en carrosse.

CHEIKH EL AFRIT, de son premier surnom CHEIKH EL IVRIT, né à Tunis en 1884, d’un père Marocain et d’une mère Tripolitaine ; n’eut pas une enfance heureuse : son père était reparti au Maroc, les laissant, lui et ses six frères et sœurs, auprès d’une mère sans ressources. La pauvreté de sa famille le contraignit à travailler très dur dès son plus jeune âge. Il exerça pendant un certain temps le métier de pâtissier à Sidi Bouadid ; il devint ensuite pilonneur de café.

Actionnant son lourd pilon, il chantait tout ce qui lui passait par la tête. Un jour, un mélomane l’entendit. Impressionné par la puissance de sa voix, il lui conseilla de se lancer dans la chanson. A dix huit ans, il démarrera sa carrière. Le succès vint très vite en raison de la nouveauté du répertoire qu’il empruntait à sa mère. Celle-ci connaissait une infinité d’œuvres populaires du patrimoine libyen. Très vite, il fut sollicité par les maisons de disques qui assurèrent sa popularité dans tout le Maghreb. Il devint ainsi l’animateur préféré des soirées du mardi que le Bey donnait dans son palais de Hammam-Lif.

Par la radio et le disque firent cette voix extraordinaire fut propagée dans tout le monde arabe, au Maghreb. Il s’était marié en 1919 et eut huit enfants. Son second fils aurait pu comme lui embrasser une carrière artistique mais celui-ci mourut à l’âge de vingt et un ans. Ne sachant pas écrire, c’est une de ses filles qui l’aidait à transcrire ses chansons, en l’aidant au piano pour améliorer ses compositions. Il ne savait jouer d’aucun instrument.

Il meurt le 26 juillet 1939 à l’hôpital de l’Ariana des suites d’une
bronchite. Il laisse un répertoire éclectique de 480 chansons qui fait
de lui l’un des plus grands interprètes de la musique tunisienne.

Extrait de http://www.arabestar.com/biographie-Cheikh-El-Afrit.php

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer