ClassiqueOST

L’OST fête le Nouvel An à la Cité de la culture

Publiée par Musicien.tn sur Mardi 1 janvier 2019

Une année s’est achevée… Une autre a commencé… Elle apportera son lot d’aventures, de sensations, de découvertes. Comme la précédente, on inscrira cette année sous le signe de la musique, des sensations et de la création artistique. Le 1er janvier 2019 sera mémorable puisqu’il s’agit de la date du premier concert du Nouvel An joué à la Cité de la culture. Dans une ambiance festive, propice à la joie et à la gaieté , l’audience a savourer un très beau concert dont la réussite est le résultat des efforts convergents du corps directorial de l’OST.

Durant le concert du Nouvel An à la Cité de la Culture, on a écouté Le Beau Danube Bleu, la Marche Radetzky et l’ouverture de La Chauve Souris  de Strauss. L’émotion était au rendez-vous avec l’air de Stefano du Roméo et Juliette de Gounod et l’air de Rosine du Barbier de Séville de Rossini. Aussi, l’iconique Libiamo de Verdi, incontournable extrait de la Traviata a été présent dans le programme. Le public du théâtre de l’opéra a bu aux coupes joyeuses jusqu’à atteindre un nirvana musical. On ne pouvait pas imaginer un meilleur choix pour commencer 2019 comme il se doit !

Les deux solistes de cette célébration grandiose étaient : la mezzo-soprano Emira Dakhlia, et le ténor Hassen Doss. Emira Dakhlia est une bénédiction musicale. Depuis qu’elle a émergé sur la scène musicale tunisienne, elle ne cesse de faire sensation à chacun de ses passages. On adore son talent, sa présence scénique, son charisme et sa justesse et on admire la finesse et la dignité avec laquelle elle s’impose en étoile lyrique tunisienne . Quant à Hassen Doss qu’on aime pour sa musique d’un genre nouveau et ses clips originaux et intrigants, il a retrouvé son amour pour l’opéra au plus grand plaisir des spectateurs présents lors de cette fantastique soirée. Comptez sur cet artiste qui excelle toujours dans l’art de créer le buzz pour rompre avec le code vestimentaire strict de l’opéra en montant sur scène avec un look assez insolite. Que l’on y adhère ou pas, le style de Hassen Doss ne pas jamais inaperçu.

Il est intéressant de noter que le concert du Nouvel An a été transmis en direct sur la chaîne Wataniya 1 et rediffusé le même jour sur la Wataniya 2. Cela est à saluer dans la mesure où on note les efforts déployés pour véhiculer la culture du classique et du lyrique en Tunisie et la rentre plus accessible. Au-delà d’un moment de plaisir sensoriel, ce fut un moment d’apprentissage et d’éducation pour désacraliser le genre auprès du public tunisien.

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer