A la uneNouvellesTunisie

La Ziara : zizanie à l’amphithéâtre de Carthage

Le jeudi 27 août, la scène de l’amphithéâtre romain de Carthage a accueilli la troupe de la Ziara pour un nouveau rendez-vous très anticipé par le public. 

Or, ce fut une nuit assez mouvementée puisque le spectacle a failli ne pas avoir lieu…  

Que s’est-il passé ? 

Hayet Bayouth, maire de Carthage, a affirmé que l’événement qui s’est tenu hier n’est pas légal, étant donné que la municipalité avait précédemment publié un communiqué interdisant tous les spectacles, manifestations et activités culturelles et artistiques dans la zone municipale jusqu’à nouvel ordre, en ajoutant que cette mesure sécuritaire s’inscrit dans le cadre de la stratégie préventive contre la propagation du virus Corona. 

Elle a également précisé qu’il aurait été judicieux de la part des organisateurs d’informer les spectateurs de cette décision et d’avoir pris contact avec la municipalité afin de garantir une coopération active. 

Pour répondre aux déclarations de madame Bayouth, Amel Hachena, qui est à la tête de l’AMVPPC (Agence de Mise en Valeur du Patrimoine et de Promotion Culturelle), a déclaré que l’interdiction ou l’annulation de spectacles ou de manifestations culturelles à l’amphithéâtre de Carthage n’est pas une affaire de la municipalité. 

Par ailleurs, intervenant sur les ondes de Mosaïque FM, elle a dit avoir notifié madame le maire que sa décision est une violation de la loi, en s’appuyant sur l’article 117 du Code des collectivités locales, qui exclut le patrimoine des tâches de la municipalité. 

Aussi, en réponse aux déclarations du maire de Carthage, elle a précisé que la mission de l’agence n’est pas seulement de préserver le patrimoine, mais aussi de le faire revivre tout en soutenant le développement culturel, réitérant que la loi garantit ces pouvoirs absolus à l’agence.

Related Articles

Back to top button