Hommage

Mohamed Jammoussi

Né dans une famille conservatrice, dont le père est un adepte des nachids religieux et des noubas du malouf2, il effectue ses études primaires à l’école Kamoun3. Dès son plus jeune âge, il apprend le chant coranique tout en côtoyant le chanteur Cheïkh Karray qui est connu dans la région de Sfax pour ses muwashshahs2. Son certificat d’études primaires obtenu en 1926, il poursuit ses premières années d’études secondaires dans un collège de Sfax puis part pour Tunis suivre des études au lycée Émile-Loubet où il obtient un diplôme de mécanique et un certificat de dessin industriel. Il trouve alors un emploi dans la Société nationale des chemins de fer tunisiens en 1933.

Débuts …

En ce temps-là, Jamoussi rêve de devenir artiste et d’aller se recueillir devant la tombe d’Alfred de Musset3. Il fait alors la rencontre Béchir Ressaïssi, fondateur de la première maison de disques en Tunisie, qui lui propose de l’accompagner à Paris2. Il y écrit et compose des chansons, dont l’une intitulée Biladi ya biladi mahlek ya biladi, et s’inspire des grandes vedettes de la chanson européenne.

Après dix ans passés à Paris, où il fait la joie des étudiants arabes du Quartier latin et du public arabophone de Radio Paris, Jamoussi regagne la Tunisie en 19463 et compose pour ses collègues de la chanson comme Safia Chamia mais aussi pour des pièces théâtrales et des variétés télévisées. Au cinéma, il interprète le rôle principal du film Ounchoudet Myriem (La Chanson de Myriam) où il chante sept chansons composées par Ali Riahi.

Consécration

 
Quelques années plus tard, Jamoussi devient directeur artistique de l’Opéra d’Alger, de 1948 à 19512, tout en poursuivant sa carrière de comédien dans Nahad avec Youssef Wahbi, sorti au Caire le 24 avril 1952, ou encore Dhalamtou rouhi3. Avec la révolution de l’été 1952, il quitte l’Égypte et se rend en Europe où il joue dans trois films italiens2 et un film indien3. Après l’indépendance de la Tunisie, dans les années 1960, il rentre au pays où ses apparitions publiques ne se font qu’à l’occasion des concerts officiels organisés par Radio Sfax à l’occasion de l’anniversaire de sa création (8 décembre). Parmi ses succès figure une chanson mise en musique par Salah El Mahdi, Ellil ah ya lil, sans oublier son opérette, Fatma wa hmada, chantée en duo avec Safia Chamia.

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer