A la uneHommage

Figures éternelles : Ridha Khouini

Ridha Khouini est un parolier tunisien. Il est décédé le 12 janvier 2015. 

Ridha Khouini est un chapitre honorable de l’histoire de la musique tunisienne. Ses réalisations et son art ont immortalisé son nom qui demeure synonyme de respect et de prestige. 

Laissant plus de 3000 titres qui ont eu un succès aussi bien en Tunisie qu’en France (à travers les diffusions radiophoniques), Ridha Khouini est une icône irremplaçable et un professeur dont le souvenir émeut encore ses élèves.  

On retrouve le nom de Ridha Khouini dans des institutions fondatrices de la musique tunisienne : l’Association tunisienne des compositeurs et auteurs-compositeurs, le Festival de la chanson tunisienne, mais aussi la Fondation tunisienne du droit d’auteur. 

De son vrai nom Mouldi Khouini, il est né en 1940 dans une famille artistique. En effet, son frère, Hamadi Khouini était l’un des plus célèbres violonistes de son époque. 

Très tôt, le talent du jeune Ridha Khouini pour la musique est palpable. Agé à peine de 15 ans, il avait déjà écrit pour les plus grands interprètes de son temps : Hedi Riahi, Hana Rached, Mohamed Sassi ou encore Habib Cherif.

« Le poète des générations » comme le surnommaient ses contemporains, avait un don prodigieux. Son empreinte artistique est visible dans le répertoire de Naama, Taher Gharsa, Hedi Jouini, Hedi Mograni, Youssef Temimi, Ahmed Hamza, Adnan Chaouachi…

De même, Ridha Khouini est l’un des piliers fondateurs de la période de transformation qui a marquée la radio tunisienne. Aux côtés de Hamadi Beji et Abdelmajid Ben Jeddou, ils ont véritablement métamorphosé la chanson tunisienne telle que l’on l’a connaît aujourd’hui. 

Ce grand artiste était aussi un fervent admirateur de l’Algérie. Il a soutenu la Révolution Algérienne à travers une production prolifère de textes qui ont été adaptés et interprétés par de grands noms de la musique algérienne comme Nadia Ben Youssef, Mostpha Sahnoun et Abdelkader Chaôu. On citera « Oktob ya tarikh… Khalled ya zamen », « Do9ou touboul el farah », « Bén Ennaser Bén » et « 9oulou ya3ish el Jazaer » .

Lors du troisième Forum arabe de littérature populaire qui a eu lieu en octobre 2014, et qui a été organisé grâce à l’initiative de l’Association algérienne de littérature, Ridha Khouini a été a honoré. On a salué sa contribution inestimable à cette époque transitoire du paysage culturel algérien, à travers de nombreux travaux artistiques le réunissant à de grands créateurs algériens, dont Moufdi Zakaria et Ahmed Wehbe.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page