/, Hommage/Chafia Rochdi : pour ne pas oublier !

Chafia Rochdi : pour ne pas oublier !


La culture tunisienne est riche de son passé. On se souviendra toujours de ceux qui ont forgé sa gloire. Ainsi, le 7 novembre commémore la naissance d’une très grande artiste : Chafia Rochdi. Née en 1910, Chafia Rochdi a endossé plusieurs casquettes. Son coeur a chaviré entre chant, théâtre et danse pour offrir à la culture tunisienne des rôles inoubliables et des chansons éternelles. On se souviendra toujours d’elle comme d’une féministe avant l’heure au sein d’une communauté où la femme n’avait pas tous ses droits. Il était non seulement très mal vu qu’une femme devienne artiste, mais côtoyer les hommes, conduire, assister à ses rencontres majoritairement masculines; Chafia Rochdi était faite de défis et d’avant-gardisme. Une ambition avec le firmament pour limites, un tempérament de feu, et une vision claire ont fait de cette passionnée du Club Africain une artiste et une femme exceptionnelle.

De son vrai nom Zakia Marakchi, elle voit le jour à Sfax au sein d’une famille composée d’un père marocain et d’une mère libyenne. Orpheline, c’est bien l’adversité qui lui apprend à résister à la vie et à se battre pour son rêve. Après une brève collaboration artistique avec Mohamed Chabchoub, son ambition démesurée lui fait quitter Sfax pour aller à la capitale en 1930 pour prendre contact avec Bechir Methani, le fondateur de l’association du théâtre de l’avenir. Cette rencontre lui permettra de faire partie de plusieurs productions comme «  Salah Eddine El Ayoubi» et « Majnoun Layla»  ou encore des adaptations d’Hamlet, Otello.

Chafia Rochdi était tel une tempête, rien ne pouvait arrêter son ascension. C’est ainsi que cette élève du grand pianiste Hedi Chanoufi forme sa propre troupe menée par le maestro Mohamed Triki, avec des noms que l’on cite jusqu’à nos jours avec un respect solennel : Salah Mehdi, Youssef Kanouna, Gaddour Srarfi, Khmaies Tarnen ou encore Ali Sriti et l’icône de sa génération Hédi Jouini.

Le succès de Chafia Rochdi était tel qu’elle avait chanté devant le Bey, et qu’elle attirait des centaines de spectateurs à chaque apparition. Aussi, ce fut l’une des artistes les plus influentes de son temps puisqu’elle a donné une représentation hebdomadaire à la Rachidiya depuis sa création et que son salon culturel était fréquenté par les plus grands poètes, compositeurs et penseurs de l’époque notamment la fameuse bande de « ta7t el sour » qu’elle a rejoint.

Cette collision entre deux mondes a eu un impact majeur sur les convictions de la chanteuse. En se rapprochant des « tat7t el sour » , Chafia Rochdi découvre les valeurs de liberté, de patriotisme et de dignité dans le cadre d’une Tunisie brisée par le colonisateur français. Cette métamorphose se fera ressentir dans son répertoire mais aussi dans sa vie. Révoltée et révolutionnaire, Chafia Rochdi est notamment la première femme ayant été au volant de sa voiture dans une société encore conservatrice et patriarcale.

Elle s’éteindra le 21 juillet 1989 pour laisser un répertoire riche de plus d’une centaine de chansons et des oeuvres caritatives qui reflètent sa richesse humaine en tant que femme tunisienne. Qu’elle repose en paix.

By |2018-11-07T09:59:15+00:00novembre 7th, 2018|A la une, Hommage|0 Comments

About the Author:

Rahma Khiari avatar