Hommage

Abdelhamid Ben Aljia : une légende tunisienne !

On se souvient très peu de ceux qui ont largement contribué au rayonnement de la musique en Tunisie. Certains noms sont parfois oubliés et si peu honorés. Ce jour est particulier puisqu’il correspond à la date du décès d’une sommité musicale tunisienne. Le 19 septembre 2006, la scène musicale tunisienne avait perdu un grand nom : Abdelhamid Ben Aljia. Grand compositeur, grand maestro, un fervent défenseur et protecteur de la musique tunisienne, le nom de Abldehamid Ben Aljia sera toujours synonyme de don et de grandeur. C’est bien grâce à lui que l’union des musiciens tunisiens a vu le jour. Il a veillé tout au long de sa carrière à la protection des droits d’auteurs et à garantir un statut honorable et digne au musicien tunisien.

Né le 8 septembre 1931, Abdelhamid Ben Aljia a grandi dans une famille musicale. En effet, son grand-père n’est autre que le grand Taieb Ben Aljia. Avec son père Mohamed Ben Aljia, ils étaient parmi les plus célèbres cheikh de la ville de Tunis et avaient une grande amitié avec le cheikh Ahmed Wafi. D’où, il était impensable de ne pas ressentir l’amour de la musique à un très jeune âge.

Abdelhamid Ben Aljia est un ancien du Collège Sadiki qui a aussi intégré la Rachidia en 1950 grâce au cheikh Ali Banawas qui l’a notamment initié au malouf. Ce lieu sera une étape clé de sa formation musicale puisqu’il aura pour professeurs les meilleurs spécialistes de la musique tunisienne, notamment l’immense Mohamed Triki. En 1955, il obtiendra son diplôme de l’institut national de musique pour ensuite approfondir ses recherches et obtenir un second diplôme en musique occidentale en 1960 au sein du même institut. Cette double formation se fera sentir plus tard lors de ses nombreuses réalisations artistiques.

De même, et plus précisément en 1967, la troupe Andalous a vu le jour. Aussi, Abdelhamid Ben Aljia a fait partie de la troupe de la Rachidia où il a été enseignant entre 57 et 69. Il reprendre son poste en 73 et assurera également la direction du takht de la Rachidia.

Excellent professeur, mais également un musicien comme il en avait si peu, Abdelhamid Ben Aljia a été un membre de la troupe de Ali Riahi en jouant du nay, ainsi que de la troupe de la radio tunisienne qu’il a dirigée depuis sa création et à plusieurs reprises par la suite. Ce poste lui permet d’entamer un travail d’enregistrement et de préservation immense.

En effet, il a collaboré avec le cheikh Khmayes Tarnen pour faire honneur au malouf et aux mouwashahat afin que cette musique résiste au passage du temps et s’impose face à l’envahissement de la musique occidentale et égyptienne. On citera plus de 150 émissions radiophoniques dédiées à la musique tunisienne avec pour but l’enrichissement et la documentation de ce grand archive en collaboration étroite avec Manoubi Snoussi. Abldehamid Ben Aljia et la radio tunisienne, c’est bien une grande histoire de passion. C’est à lui que l’on doit le générique de feuilletons radiophoniques tels que : Rahmana, Beb el Falla, dik el jen, al moutahaddi. Ainsi que plusieurs titres religieux et soufistes.

Que ce grand homme repose en paix , son nom demeurera à jamais dans les mémoires!

 

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Bouton retour en haut de la page
Fermer