Histoire de la musique

17 décembre 1982 : Décès de Leonid Kogan

Leonid Kogan (Dnepropetrovsk, 14 novembre 1924 – Moscou, 17 décembre 1982) est un célèbre violoniste soviétique.

Il faisait partie des rares privilégiés à suivre la classe d’Abram Yampolski (1890 – 1956) au sein de l’élitiste Conservatoire de Moscou. Agé seulement de 10 ans, il développera sa technique et perfectionnera son jeu grâce à l’enseignement de ce grand maître. Quelques années plus tard, il retourna à cette institution en tant que professeur.

Lorsque le violoniste français Jacques Thibaud était à Moscou vers la fin des années 30 pour donner une série de concerts, il eut l’occasion d’entendre Kogan jouer. Touché par son jeu gracieux, il prédit un futur brillant à celui qui est aujourd’hui considéré comme l’un des plus imminents représentants de l’école soviétique du violon.

Cet artiste de la nation, qui a été honoré en 1965 en recevant le prix Lenin, était un grand admirateur du légendaire Jascha Heifetz. Lorsque ce dernier donna des concerts à Moscou en 1934, Kogan affirma que non seulement il n’en avait manqué aucun mais qu’il pouvait également se rappeler chaque note. 

Durant sa carrière, Kogan a formé un célèbre trio avec le pianiste Emil Gilels et le violoncelliste Mstislav Rostropovich. Leurs enregistrements inclurent des pièces de Beethoven, Schumann, Tchaikovsky, Saint-Saëns ou encore Fauré …  

Lorsqu’il jouait, Kogan utilisait deux violons de la célèbre marque Guarneri : le 1726 ex-Colin et le 1733 ex-Burmester. Aussi, les archers utilisés par ce virtuose avaient été fabriqués par le maître français Dominique Peccatte (1810–1874). Toutefois, il faut noter que Leonid Kogan n’a jamais « possédé » ces pièces qui ont aujourd’hui une grande valeur historique puisqu’elles sont estimées à plus de 4 millions de dollars. En effet, il s’agissait d’un prêt de la part du gouvernement soviétique. 

Leonid Kogan était dans un train qui reliait Moscow and Yaroslavl pour jouer aux côtés de son fils, lorsqu’il fut victime d’une crise cardiaque.

La tombe de Leonid Kogan

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer