Histoire de la musique

16 décembre 1770 : Il y a 249 naissait Beethoven

Le compositeur, pianiste et chef d’orchestre Ludwig Van Beethoven est né le 16 décembre 1770, à Bonn.

C’est probablement le plus grand compositeur de tous les temps, un titan de la pensée musicale, dont les réalisations artistiques se sont révélées incalculables. Il semblerait même qu’à certains moments de son travail, le terme «musique» devienne réducteur : l’effort de transfiguration fait par le génie semble transcender le sentiment humain.

Franz Schubert a dit en parlant du phénomène incomparable qu’est Beethoven : “Il sait tout, mais nous ne pouvons toujours pas tout comprendre et nous dépenserons encore beaucoup d’eau sous les ponts du Danube avant que tout ce que l’homme a créé soit compris par le monde.”

Beethoven a grandi dans un environnement culturel et familial qui était tout sauf propice. Le père a été accusé par les historiens d’avoir été un chanteur ivrogne, qui aurait voulu tirer profit des capacités musicales du jeune Beethoven, au point de verser dans l’obsession d’en faire un autre Mozart. Quant à sa mère, une femme humble mais judicieuse et honnête, elle semblait être marquée par une mauvaise santé : elle a eu sept enfants, dont quatre sont morts prématurément. 

Le jeune Ludwig a été jeté dans l’arène de la survie trop tôt, fort de son talent précoce. Ses œuvres sont d’abord influencées par les grands classiques (Haydn, Mozart), quoique déjà marquées par une personnalité écrasante. Ensuite, on note que ses compostions sont devenues de plus en plus audacieuses et innovantes: elles ont ébranlé la tendance “paresseuse” de la vie artistique.

Il était idolâtré par les nobles de l’époque qui rivalisent pour assurer des rentes et se voir honorés dans les pages de titre de ses œuvres. Or, il est important de noter que Beethoven n’a écrit de la musique que selon ses besoins expressifs et non selon des “commandes”. Avec lui , il y a une fêlure, une séparation entre le but artistique et la demande publique, qui deviendra de plus en plus infranchissable. 

Aussi, tout au long de sa vie, Beethoven a fait face à des problèmes de santé majeurs : la surdité l’affecte déjà à un jeune âge, provoquant une crise à la limite du suicide et, cela s’intensifiant au fil des années, l’a mené vers un fier détachement du monde, à défaut de pouvoir profiter de la compagnie des autres dans d’une manière simple. 

Avec le temps, pour communiquer avec lui, ses amis devaient lui poser les questions par écrit. Ce célèbre épisode de sa vie construira les fameux “Cahiers de conversation”, précieux témoignage pour la postérité des maux du génie.

Le 7 mai 1824, à Vienne, Beethoven apparut pour la dernière fois en public, pour l’audition de sa célèbre “Neuvième Symphonie”. Le public, subjugué, éclate en applaudissements tonitruants. Assis à côté du chef d’orchestre, dos au public, le compositeur feuillette la partition, matériellement empêché d’entendre ce à quoi il a lui-même donné naissance.

 Ils doivent le forcer à se retourner pour qu’il puisse voir l’immense succès de son travail. Le 26 mars 1827, il succombe aux maux qui le tourmentent depuis un certain temps (goutte, rhumatismes, cirrhose du foie) : il lève le poing vers le ciel, comme le veut une célèbre image romantique, et s’éteint.

Les funérailles de Beethoven sont parmi les plus colossales jamais organisées si bien que toute la ville en fut étonnée.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer