A la uneGenreInternational

2ème édition du Samsung Blues Festival : zoom sur les artistes

La 2ème édition du Samsung Blues Festival se tiendra du 6 au 10 mars à la Ennejma Ezzahra. Cinq des plus grands noms du Blues américain meubleront ces soirées qui s’annoncent riches en émotion, de quoi faire le bonheur de tous les passionnés du genre :

6 mars : Lucky Peterson 

De son vrai nom Judge Kenneth Peterson; Lucky Peterson est né le 13 décembre 1964 à Buffalo, New York. Ce musicien américain légendaire joue du blues contemporain, de la soul, du R&B, du gospel et du rock and roll.  

Fils d’un célèbre guitariste, James Peterson, le jeune Lucky était fasciné par l’univers du Blues dans lequel il baignait depuis sa plus tendre enfance. Il a réalisé très tôt dans sa vie que sa véritable vocation était la musique, et en particulier le Blues. En effet, il a donné sa première performance à l’âge de 3 ans dans le club de son père où se produisaient les plus grands bluesmen de l’époque ! 

Ce Bluesman incontournable a célébré 50 ans de carrière en 2019. Actif depuis les années 60, Lucky Peterson a une discographie impressionnante. On citera notamment : 

1972: The Father, The Son, The Blues (avec James Peterson) 

1996: Spirituals & Gospel: Dedicated to Mahalia Jackson (avec Mavis Staples) 

2003: Black Midnight Sun 

2007: Tête à Tête (avec Andy Aledort et Larry McCray) 

2013: Whatever You Say (avec Tamara Peterson)

7 mars : Archie Lee Hooker 

Neveu du légendaire John Lee Hooker, une figure incontournable du Blues américain; Archie Lee Hooker s’est montré digne de l’héritage de son célèbre oncle. 

Cette relation a non seulement changé sa vie, mais a aussi influencé son style musical. Il partagea la scène plusieurs fois avec ce dernier et fut même invité à collaborer avec lui sur ses disques à maintes reprises. Cela lui a aussi permis de de façonner son identité artistique et il commença à écrire une musique qui racontait ses expériences et son parcours. 

En 1989, son errance le mena en Europe, où il retournera en 2011. Durant cette étape importante de la carrière de Archie Lee Hooker, il collabora avec des musiciens européens donnant à sa musique un aspect nouveau. 

8 mars : Sydney Ellis 

Sydney Ellis a commencé sa carrière à Los Angeles en 1991. Depuis 1995, cette grande voix du Blues américain a donné plus de 1 500 concerts dans 27 pays.

La musique de Sydney Ellis célèbre un héritage culturel ancestral et s’élève comme un hymne au folklore afro-américain, où l’on retrouve des résonances de Blues, Jazz classique, Gospel, Spirituals, New Orleans Jazz & Blues, R & B, Chicago Blues et Kansas City Blues.

9 mars : Sylvia Howard

Lorsqu’un jour, elle a été invitée à participer à un concert de son amie et mentor, Margo Reed, Sylvia Howard ne savait pas encore que cette performance allait signer le début de sa carrière. Il suffit parfois d’une rencontre pour changer un destin !

Pendant son séjour en Arizona, Sylvia Howard s’est produite sur les scènes de plusieurs clubs de jazz locaux et a également participé aux représentations du théâtre communautaire. Or, elle rêvait d’élargir ses horizons.

Son périple international a commencé grâce à un contrat avec le Westin Plaza Hotel à Singapour. Jouissant d’une grande renommée en Asie du sud-est, elle a chanté en Indonésie, à Hong Kong, en Thaïlande, mais aussi en Malaisie et aux Philippines. Après une décennie en Asie, elle a tourné son attention vers un nouveau challenge : la scène européenne…

Lorsqu’elle est arrivée en Europe, Sylvia était déterminée à essayer de se forger un nom dans cette partie du monde et à se créer son propre chemin. En 2002, elle a écrit et chanté “Moi, j’en veux un” pour le film de Cédric Klapisch, “Peut-être”. Elle a collaboré une seconde fois avec le réalisateur dans le film “Ni pour, ni contre” en composant la chanson ” I wanna go somewhere”.

A présent, Sylvia Howard vit en Europe et continue de se produire dans plusieurs festivals de jazz, blues et gospel.

10 mars : Mighty Mo Rodgers 

Mighty Mo Rodgers est un musicien, chanteur, auteur-compositeur et producteur de disques de blues électrique américain. A ce jour, sa discographie compte six albums dont on cite :

  • Blues in My Wailin’Wall (1999)
  • Redneck Blues (2007)
  • Griot Blues (2017)

Il a été influencé par de grandes voix comme Aretha Franklin, Bobby Bland, Eddie Boyd, Jimmy Reed, Otis Redding, Sam & Dave et Willie Dixon.

La musique de Might Mo Rodgers est un kaléidoscope d’émotions. Appuyée par une vision politique affirmée, elle se distingue par la combinaison de textes à caractère social à des sons de Blues et de R&B.

Tags

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
Fermer