A la uneClassiqueGenre

Dar Sebastian fait son opéra : célébrer l’art lyrique à la tunisienne

Le mois de février a été marqué par le retour progressif des spectacles dans le respect du protocole sanitaire. Aussi, l’édition 2021 de Dar Sebastian fait son opéra a eu lieu du 18 au 21 février: 4 nuits au coeur desquelles nous avions découvert des artistes exceptionnels.

En effet, cette édition mémorable qui a célébré la musique classique et l’art lyrique, a mis à l’honneur des talents tunisiens remarquables.

«Lyrique de chambre» : comme un air de volupté

Nous retrouvions, le jeudi 18 février 2021, Fatma Gabsi (Soprano), Bassem Makni (Piano), Youssef Messaoudi (Clarinette) et Farouk Shabou (Violoncelle) pour nous présenter un récital intitulé “Lyrique de chambre”

Cette première soirée rendait hommage au répertoire romantique, avec des airs composés par Schubert, Schumann ou encore Beethoven, divinement interprétés par ce quatuor de talentueux musiciens.

Guidés par la voix subtile et raffinée de la soprano Fatma Gabsi, le piano a révélé ses secrets à la clarinette et au violoncelle, pour paver le chemin vers un périple envoûtant dans l’Allemagne romantique du XIXème siècle. 

Ce fut un délicieux voyage de redécouverte de quelques-unes des plus belles pièces maîtresses qui meublent le patrimoine lyrique mondial.

«Tornado de amor» : parce que rien n’est jamais plus fort que l’amour

Le vendredi 19 février 2021, une impressionnante tornade d’amour a envahi l’espace de Dar Sebastian. 

Cette seconde soirée de Dar Sebastian fait son opéra a réuni l’exquise soprano Amina Baklouti, le talentueux pianiste Elyes Blagui et l’inimitable baryton Haythem Hdhiri

«Tornado de amor» est une valse sensuelle entre puissance et volupté, magistralement rythmée par le piano de Elyes Blagui. L’amour, ses tumultes, sa rage, son feu; mais aussi, son allégresse et sa légèreté… Un kaléidoscope d’émotions qui s’est dessiné sur scène pour le plus grand plaisir du public présent, et des internautes qui suivaient la diffusion du spectacle en live streaming.

C’est toujours très agréable de regarder Haythem Hdhiri sur scène. Sa personnalité colorée est toujours aussi accrocheuse et captivante. Sa voix singulière entreprend un voyage passionné dans les profondeurs de l’art lyrique. Il fait du moment de l’interprétation un exercice de style et un grand moment de théâtre; et on ne peut que s’incliner face à une sensibilité rare. 

Pour notre baryton international, participer à cette nouvelle édition de Dar Sebastian fait son opéra a le goût des retours à la maison. Il se souvient avec émotion de sa participation à l’édition inaugurale du Festival, qui aura toujours pour lui une signification particulière.

Aussi, Amina Baklouti a exprimé son soulagement quant au retour progressif de la vie artistique. De même, et bien que les préparations du spectacle et les répétitions étaient pour le moins difficiles étant donné la situation générale; retrouver le public est toujours aussi bienfaisant, voire, thérapeutique.

«Notte Barocca» : douceur d’une nuit italienne

La troisième soirée de Dar Sebastian fait son opéra opéra a eu lieu le samedi 20 février 2021. «Notte Barocca» a ancré Dar Sebastian dans une époque lointaine.

Le public s’est délecté de la voix particulière de Baha Eddine Ben Fadhl qui évolue dans différents registres de voix, avec une aisance déconcertante. Accompagné par les musiciens de l’Orchestra Da Camera di Tunisi, il a savamment interprété des extraits de Gluck, Haendel, Vivaldi, Pachelbel ou encore de Boccherini et Porpora avec une subtilité envoûtante.

«Flânerie Lyrique» : rêverie au coeur d’une vallée enchantée

Ce fut une clôture en beauté pour cette édition 2021 de Dar Sebastian fait son opéra. Ce quatrième et dernier rendez-vous intitulé «Flânerie Lyrique»  marquait la sublime note finale d’un voyage qui relevait du pur enchantement.

La soprano Lilia Ben Chikha, accompagnée par les musiciens du Quatuor Mezzo : Yassine Guettat (violon ), Mohamed Amine Gasmi (violon), Mourad Frini (alto) et Mohamed Amine Ben Smida (violoncelle); a joué de toutes les couleurs de son impressionnante palette vocale pour présenter au public un bouquet fleurissant de perles lyriques éternelles.

De même, le baryton Mohamed Amine Bouhlel était pour beaucoup de spectateurs une véritable révélation, notamment dans un excellent “O Sole Mio”. Le duo a conclu le concert en beauté avec le fameux Libiamo de Verdi, appelant les jours joyeux à accueillir le printemps.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page